(p. Vanessa Bruno pliage pas cher

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

On ytrouvait des jeux, des saltimbanques, des cafés, des cabarets, dessalles de spectacle. La plus fréquentée était le théâtre de la Foire,pour lequel travaillèrent Lesage, Piron, Sédaine, Favart. Vers 1775,la foire Saint-Laurent commença à être délaissée pour le boulevard duTemple, où se porta la vogue populaire; elle fut supprimée en 1789, etson enclos resta abandonné jusque sous la Restauration, où l’on ouvritun marché sur une partie de son emplacement. Dans l’autre partie, on aconstruit l’embarcadère du chemin de fer de Strasbourg, l’un des plusbeaux édifices de la capitale, dont la masse est aussi imposante queles dispositions de détail sont élégantes et ingénieuses.A l’extrémité du faubourg Saint-Martin, au delà de la rue de laButte-Chaumont, se trouvait autrefois la butte de Montfaucon, oùétait construit le plus fameux des gibets royaux. Il datait du XIesiècle. C’était une masse de pierre de cinq à six mètres de (p. Vanessa Bruno pliage pas cher
145)hauteur, formant une plate-forme carrée de quatorze mètres delongueur sur dix de largeur. Sur les côtés de cette plate-formes’élevaient seize gros piliers carrés, hauts de trente-deux pieds,unis par de fortes poutres de bois qui supportaient des chaînes defer, auxquelles restaient suspendus les cadavres des suppliciésjusqu’à ce qu’ils fussent réduits à l’état de squelettes. Alors on lesjetait dans un charnier pratiqué au centre de la plate-forme. Onarrivait à cette plate-forme par une longue rampe de pierre ferméed’une porte, et l’on suspendait ou détachait les cadavres au moyen degrandes échelles. Ce monument sinistre, placé sur l’une des dernièreséminences de la butte Chaumont, dominait une campagne fertile, descoteaux chargés de vignobles ou de moulins, des champs de blé, maistoute habitation s’en était éloignée, et, jusqu’au milieu du derniersiècle, on n’y trouvait d’autre établissement que la voirie. On saitcombien la justice du moyen âge était atroce, expéditive, et tenaitpeu de compte de la vie des hommes; on sait que la mort étaitappliquée à tous les crimes, et que les crimes étaient très-fréquents:il était donc rare que le gibet de Montfaucon ne fût pas garni decadavres. Mais, en sa qualité de lieu privilégié de la haute justiceroyale, il eut l’avantage d’appendre plus de grands seigneurs que depauvres hères, et Montfaucon sembla prédestiné aux ministresoppresseurs, aux financiers concussionnaires, aux jugesprévaricateurs, etc. vanessa bruno pas cher Les condamnés les plus fameux qui furent pendus ou exposés après leursupplice à Montfaucon furent: Pierre de la Brosse, ministre dePhilippe-le-Hardi, en 1278; Enguerrand de Marigny, surintendant desfinances sous Louis X, en 1314; Tapperel, prévôt de Paris, en 1320,pour avoir fait mourir un pauvre innocent à la place d’un richecoupable; Gérard de la Guette, surintendant des finances sousPhilippe-le-Long, en 1322: Jourdain de l’Isle, seigneur gascon, (p.146)coupable de vols et d’assassinats, en 1323; Pierre Remy, surintendantdes finances, en 1328; Massé de Machy, trésorier du roi, en 1331; Renéde Séran, maître des monnaies, en 1332; Hugues de Cuisy, président auParlement, pour avoir vendu la justice, en 1336; Adam de Hourdaine,conseiller au Parlement, pour avoir produit de faux témoins, en 1448;Jean de Montaigu, surintendant des finances, en 1209; Pierre desEssarts, prévôt de Paris, en 1413; Olivier-le-Daim, ministre de LouisXI, en 1484; Jacques de Beaune, seigneur de Semblançay, surintendantdes finances, en 1527; Jean Poncher, trésorier du Languedoc, en 1533;Gentil, président au Parlement, en 1543, etc.Ajoutons à cette liste funèbre de suppliciés l’amiral Coligny,Briquemaut, Cavagnes, et tant d’autres victimes de la Saint-Barthélémy,dont Charles IX, avec toute sa cour, alla contempler les cadavres.A partir de cette époque, les expositions à Montfaucon devinrent plusrares; Sauval dit qu’à la fin du XVIIe siècle le gibet tombait enruine, et, en 1740, Piganiol ajoute: «Présentement la cave estcomblée, la porte de la rampe est rompue et les marches sont brisées;quant aux piliers, à peine en reste-t-il deux ou trois.» En 1761,quand les faubourgs Saint-Martin et du Temple commencèrent à sepeupler, on détruisit cet édifice hideux, et on le transporta àl’endroit où est actuellement la voirie et qu’on appelle aussiMontfaucon; mais on n’y pendit plus, on n’y exposa plus: le gibetroyal ne fut plus qu’un symbole de la haute justice du trône, et l’onse contenta d’enterrer à l’ombre de ses piliers les malheureuxsuppliciés à la place de Grève. La révolution fit disparaître cedernier reste du régime féodal.Le faubourg Saint-Martin aboutit à deux barrières aussi importantesque fréquentées: celle de Pantin, qui ouvre la grande route de Metz oud’Allemagne; celle de la Villette, qui ouvre la grande route de Lilleou de Belgique. sac vanessa bruno rouge
Entre ces deux routes est situé le bassin où (p.147)aboutit le canal de l’Ourcq, et à l’extrémité duquel se trouve, dansune magnifique position, entre les deux barrières, une vaste et bellerotonde, qui ressemble à un temple et ne renferme néanmoins que lesbureaux de l’octroi.Les communes de Pantin et de la Villette ont été l’un des principauxthéâtres de la bataille de 1814. La dernière, aussi riche quepopuleuse et commerçante, est l’un des principaux entrepôtsd’approvisionnement de Paris: elle doit sa prospérité aux canaux del’Ourcq et Saint-Martin.Le canal Saint-Martin commence à la barrière de Pantin, se dirige ausud-est en coupant, outre dix autres rues, la rue du Faubourg-du-Temple,la rue de Ménilmontant, la place de la Bastille, et il aboutit dans laSeine par la gare de la Bastille; il dérive les eaux du canal del’Ourcq dans la Seine et amène ainsi dans l’intérieur de Paris toutesles marchandises du nord de la France. Il a été entrepris en 1803 etouvert en 1825. Sa longueur est de 3,200 mètres, sa largeur de 27, sapente de 25, répartie entre dix écluses.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »